Syndrome du piriforme : comment soigner et identifier cette compression du nerf sciatique ?

Le syndrome du piriforme est un syndrome rare, touchant majoritairement les femmes, et pouvant irriter le nerf sciatique. Quelles sont ses causes et comment soulager la douleur ? On fait le point.

Méconnu, le muscle piriforme est pourtant essentiel. Il s’agit d’un petit muscle situé profondément dans la fesse derrière le grand fessier qui commence au bas de la colonne vertébrale et se termine à la surface supérieure du fémur. Il est très important car il permet de réaliser les mouvements du bas du corps en aidant à faire pivoter la hanche et à tourner la jambe et le pied vers l’extérieur.

Le muscle piriforme est donc très mobilisé et peut irriter ou compresser le nerf sciatique en entraînant des douleurs dans la fesse et le long de la face postérieure de la jambe. C’est ce qu’on appelle le syndrome du piriforme.

Causes et symptômes : qu’est-ce qui provoque un syndrome du piriforme ?

Le syndrome du piriforme est une inflammation liée à une compression du nerf sciatique lors de son passage sous le muscle piriforme“, confirme Monia Chaieb, ostéopathe DO. “Il peut être provoqué par une blessure sportive ou être lié à la présence d’un kyste ou d’une tumeur. Ses causes peuvent aussi être fonctionnelles et être liées à mouvement répétitif pouvant entrainer une contraction excessive du muscle piriforme. C’est le cas de la station assise prolongée et des jambes croisées durant les postures de travail”, ajoute-t-elle.

Le syndrome du piriforme se manifeste “par une douleur au niveau de la fesse et/ou de la hanche pouvant irradier le long du trajet du sciatique“, ajoute Monia Chaieb. Elle peut aussi s‘accompagner d’une sensation de picotements ou d’engourdissements de la zone mais aussi d’une réduction de l’amplitude de la hanche. Ces symptômes se déclenchent souvent lors de la montée d’escaliers, après des positions assises prolongées ou le port de charges lourdes.

Syndrome du piriforme : comment soigner la douleur ?

Le diagnostic de ce syndrome est souvent réalisé grâce au recueil d’informations sur les antécédents médicaux de la personne et son activité professionnelle ou sportive. Il repose aussi sur la réalisation d’un examen clinique basé sur l’observation de la hanche et des jambes afin de vérifier si le mouvement provoque une augmentation des douleurs lombaires ou des membres inférieurs. Les examens d’imagerie médicale ne permettent pas de confirmer le diagnostic mais d’exclure d’autres causes de ces douleurs.

Les traitements reposent sur des thérapies manuelles de type kinésithérapie et ostéopathie si la cause du syndrome du piriforme est fonctionnelle et sur des traitements médicaux dans les autres cas“, indique Monia Chaieb. Des antalgiques, des anti-inflammatoires ou des myorelaxants sont ainsi prescrits pour réduire la douleur. Des infiltrations peuvent aussi être réalisées en présence de douleurs importantes mais une opération chirurgicale est rarement pratiquée.

La prévention repose “sur des thérapies manuelles et une pratique physique régulière basée notamment sur des étirements”, explique Monia Chaieb. Un bilan postural peut aussi permettre de déterminer d’éventuelles causes des déséquilibres corporels au niveau de la posture et des mouvements. Enfin, les spécialistes recommandent d’éviter de pratiquer des sports comme le cyclisme ou la course à pied et les sports dits asymétriques comme le tennis, le golf, ou l’escrime qui accentuent la sur sollicitation du muscle piriforme.

Recommended Articles